Flux RSS

Archives de Catégorie: Uncategorized

Cupcake Vegan Cacahuete Chocolat !

Publié le

Ca y est ! J’ai réussi ! j’ai fait mes premiers cupcakes 100% vegan ! Woohoo !

Bien sur, je ne maîtrise pas encore le topping aux fruits comme chez Vegan Folies, mais j’étais très satisfaite de mes réalisations 🙂

Voilà ma recette :

Pour 12 gros cupcakes Cacao Cacahuete :

350 grammes de farine

200 grammes de purée de cacahuetes

200 grammes de sucre

33 cl de lait d’amande

120 grammes de margarine

60 grammes de cacao en poudre

100 gr de compote de pommes, ou pommes bananes

1 cuillère d’extrait de vanille

1 sachet de poudre à lever

On mélange d’un côté tous les ingrédients secs, et de l’autre tous les ingrédients mouillés. On transvase ensuite délicatement le mouillé dans le sec.

Cuire à 190° pendant environ 20 minutes.

Laisser refroidir puis

Topping :

1 brique de Soyatoo

Purée de cacahuete / cacao selon le goût désiré

Quelques gouttes d’extrait de vanille

On monte le Soyatoo en chantilly, on mélange les autres ingrédients, et hop, sur le cupcake avec une poche à douille ou un sac à congélation coupé !

Et voilà !

d

Publicités

Le Pumpkin Spice Latte de chez Starbucks :(

Publié le

Attention, ne vous laissez pas avoir (comme moi) par les barristas peu informés de vos Starbucks !

La préparation du Pumpkin Spice Latte n’est pas vegan !

Elle contient : sucre, lait concentré, lait concentré sucré, un colorant alimentaire, un autre colorant alimentaire « caramel » et des arômes naturels et artificiels.

Donc même sa version au soja et sans chantilly reste lactée ! DOMMAGE 😦

Pour en faire une version vegan à la maison, en voici la recette (en anglais).

Favoris du mois de septembre !

Publié le

Une petite sélection de mes produits favoris ou découverts pendant le mois de septembre ! (Oui je suis en retard).

1 – Le lait de riz

Moins cher que les autres laits végétaux, moins dense, il colore moins les boissons et les préparations, il sait se faire discret mais remplace bien le lait ! On peut le choisir en version vanille ou chocolat, ou ajouter une goutte d’arôme naturel !

2 -Le caviar d’aubergines Bonneterre

Un caviar d’aubergines un peu épicé, idéal pour les grosses flemmes ou les apéros ! Pas super cher, bio, vendu en rayon frais dans toutes les bonnes boutiques.

3 – Les berlingots de dessert vanille Sojade

MIAM. Quand je tombe sur un pot de yaourt Sojade, oui, même les grands, j’ai beaucoup de mal à m’arrêter avant la fin. J’adore le yaourt à la banane et celui aux fruits rouges ! Mais mieux encore, le dessert à la vanille Sojade, avec son bon goût sucré … MIAM-MIAM. Le format berlingot me permet donc de m’adonner à mon vice gourmand en contrôlant les portions, mais aussi de l’emporter au travail pour le suçoter pendant ma pause ! Son coût réduit (33 cents dans mon magasin) permet de se faire un tout petit plaisir à la fin d’un repas !

4- Le Gomasio de la mer 

Le Gomasio c’est quoi donc ? C’est un mélange de graines de sésame grillé et de sel marin. La particularité du gomasio de la mer, c’est l’ajout d’algues nori dans la préparation.

Antioxydant et anti-inflammatoire (grâce aux lignanes), le sésame normalise aussi la pression sanguine et au aide le brûlage des graisses. Riche en vitamine E c’est un excellent anti-oxydant.  Il contient également fer (action sur les globules rouges), zinc (action sur les défenses immunitaires) et calcium  (développement et fortification os et dents) qui agit en synergie avec le magnésium du sel marin.

Alors oui c’est bon pour la santé. Mais c’est surtout super bon, et sur presque tout ! riz, légumineuses, légumes cuits, salades ! Il s’agit tout de même de sésame et de sel, donc il ne s’agit pas d’en manger 1 kilo, mais pour remplacer le sel « normal » ou le tamari c’est une alternative géniale. Et en plus, c’est pas cher (environ 2,40 le grand bocal) !

5 – L’huile de coco

Je me suis mise à l’huile de coco par le biais d’une promo. Oui, je suis honnête, avant je pensais que c’était juste un nouveau truc de bobos, et les études controversées à son sujet ne me donnaient pas envie d’en acheter. J’ai craqué pour un petit bocal à moins de 4 euros, ce qui reste tout de même hors de prix pour une matière grasse végétale. De plus, l’huile de coco n’étant pas produite en France, elle perd un peu de son côté éthique et choc. Il s’agit plus d’une découverte que d’un favori. Pour l’instant je ne m’en suis servie qu’une fois pour faire revenir des légumes pour un curry, je me disais que ca allait bien avec l’ambiance du plat. On ne sent pas la coco, la consistance est proche d’une margarine … Je ne sais pas encore ce que je vais faire de mon bocal. Des idées ?

East Side Burgers Paris

Publié le

Je ne pouvais pas passer à côté du nouveau fast food à la mode, le très végétarien East Side Burgers dans le 11e à Paris.

Je m’y suis rendue dimanche accompagnée de ma fidèle maman, toujours prête à essuyer les plâtres de mes délires alimentaires. En bonne omnivore, elle était un peu circonspecte à l’idée de manger végétarien. Alors ce test !

Le concept :

De la junk food végétarienne avec de bonnes options vegan. Des burgers, des hot dogs, des nuggets de fromag, des frites, mais aussi des patisseries cupcakes, cheesecakes, cookies, tartelettes.

L’endroit :

C’est petit mais sympa, décoré comme un chouette deli. Le staff est adorable. Il y a une petite salle en sous sol, attention, l’escalier est plutôt raide, personnes à mobilité réduite s’abstenir.

Les burgers, les menus :

 

On a choisi de déguster deux menus burgers (sandwich, frites, boisson) pour 9 euros.

Nous avons choisi le burger forestier, version normal pour Mère, version vegan pour moi. Seule la tranche de fromage semble changer, d’un cheddar industriel pour le premier à une tranche de tofutti pour le second.

Le Forestier c’est : laitue champignons steak de soja cheddar oignons caramélisés tomates ! le tout dans un bun maison.

Les frites sont très bonnes, faites maison, de vraies frites qui pourraient sortir de votre four ou de votre friteuse un dimanche.

On a pas testé de déssert, une seule option vegan au menu ce jour là, des tartelettes un peu mornes, je me suis abstenue.

 

Mon avis :

Des bons points par milliers pour l’ambiance, l’accueil, et les frites !

Dans mon burger j’ai adoré les oignons caramélisés, trop miam.

Le principal problème est le steack de soja. Le mien était peut-être trop tiède, et tendait un peu vers le plâtre que vers le bon steak végétal comme on les aime. Il aurait mérité d’être un peu plus chaud, un peu plus grillé. On peut regretter qu’il s’agisse de steack de soja et pas d’autres formes de burgers végétaux plus goûtus, mais certainement plus difficile et onéreux à produire en masse.

J’ai été un peu déçue par le manque d’option vegan du déssert. Pourquoi ne pas s’associer avec les géniaux Vegan Folies et proposer de vraies alternatives délicieuses et 100% végétales ?

J’ai aussi été déçue par le fromage utilisé dans le burger non vegan, ca ressemblait tout de même fort à de la toastinette industrielle. Je pense que l’équipe pourrait choisir d’utiliser un fromage moins industriel, ou pourquoi pas passer directement tous les fromages à des fromages végétaux ?

Le choix de boisson est aussi un peu déroutant. Coca, Dr Pepper, Thé glacés industriels, smoothies en pack … Ca manque d’un truc frais et homemade peut être :)On est là dans le fast food plus que dans l’expérience vegan. Mais après tout, ils sont végétariens, et c’est déja un très bon point, on ne peut pas leur demander d’assumer toute la culture vegan 🙂

L’initiative est très sympathique, je ne pense pas que cela devienne ma cantine, d’abord parce qu’honnêtement, je ne me vois pas manger un burger même vegan toutes les semaines. Enfin, s’il avait été parfait, peut-être, mais là non.  C’est un bon fast food pratique, à connaître, pour les végétariens en goguette, ou en concert au Bataclan tout proche. Et c’est un restau à tester, pour les encourager et pour combler vos envies de burgers 🙂 J’ai même acheté le tote bag pour les encourager 🙂

East Side Burgers

60 boulevard Voltaire

75011 Paris

 

Parfois ouvert le dimanche, parfois non. Ils sont en rodage ! N’hésitez pas à consulter leur page Facebook ou leur Twitter pour plus d’informations.

Découvertes de vacances

Publié le

J’ai découvert les produits Satoriz en vacances, et surtout les BISCRUS !!

Ce sont des petites galettes ou chips d’aliments déshydratés, sans gluten, crus.

« Le but recherché, c’est de confectionner de petites feuilles d’aliments végétaux, crus et séchés. On peut les appeler, chips, galettes, croquants, pétales ou tuiles, leur caractéristique est de se « tenir », sans que farine, 

oeuf, graisse, cuisson ou friture n’y contribuent. Les graines de sarrasin sont la base du mélange, celles de lin et tournesol le liant. Ces oléagineux libèrent leur huile une fois trempés ; ce sont eux qui donnent une certaine compacité à l’ensemble. Mais pas assez ! Il manque encore la botte secrète…

Serge va bien sûr la trouver, l’ingrédient magique s’appelle le psyllium. Il s’agit d’une graine d’origine indienne, que l’on utilise en diététique naturelle pour favoriser le transit ou réduire le taux de cholestérol. Intégrée à faible dose au mélange initial, elle donne du corps à l’ensemble. « 

 

Et c’est tellement bon. Mais tellement. Miam

Des trucs

Publié le

J’ai moins cuisiné cette semaine. J’ai trouvé quelques recettes à essayer, mais jamais vraiment eu envie de m’y mettre. Et puis j’ai raté mon carrot cake du week end dernier, qui ressemblait en sortie du four à un smoothie trop épais plutôt qu’à un gâteau. J’ai cédé à la facilité, à la vegan fast food en quelques sortes, en abusant du houmous, des avocats, des tomates cerises, du caviar d’aubergines, des crackers, des betteraves toutes cuites, et des yaourts au soja. J’ai commandé japonais, des makis végétariens, c’était parfait. J’ai arrêté de m’inquiéter des mes protéines, de ma vitamine D, que je surveillais à l’aide d’une application sur mon téléphone les premiers jours. Je mange ce qui me fait envie, sans me poser vraiment de questions, puisque mes placards et mon frigo sont désormais débarrassés de tout aliment animal.

Je n’ai pas cédé aux plats cuisinés hors de prix du magasin bio, mais certaines choses sont quand même bien utiles, comme le quinoa en sachet de cuisson à faire réchauffer au micro-ondes 🙂 Je n’ai pas fait d’achats spécifiques à ma nouvelle façon de m’alimenter non plus, alors que j’ai passé ma première semaine vegan à errer comme une perdue dans les rayons des Nouveaux Robinsons, à soupeser des fromages au soja et à me demander si j’avais vraiment besoin de compléments alimentaires. Je reste dans mon objectif, mais je me pose moins de questions, et c’est plutôt bien.

Je n’ai pas eu d’envies particulières, à part peut-être une odeur de pizza … Mais j’ai eu quelques compulsions alimentaires nocturnes. Ce n’est pas nouveau pour moi, mais cela prouve bien que l’alimentation a finalement peu à faire avec les TCA, puisqu’elles reviennent que je me gave de hamburgers ou que je mange plus sainement. Une chose a changé, je m’oriente plus facilement vers du salé lors de ces cravings, que vers du sucré. Moi qui pouvait me descendre un paquet de biscuit trempé dans du thé sans respirer, je n’y trouve plus de plaisir. Je pense vraiment (mais je peux me tromper) que le fait de ne plus consommer de sucre raffiné ou de préparations pré-sucrées joue pas mal. Je suis comme désintoxiquée de mes envies d’orgies de chocolat par exemple. J’en ai une plaque au placard, et je n’y touche pas, je n’en ai pas envie, moi qui suis d’habitude incapable de résister à une pulsion.

J’évite cependant pour le moment d’acheter des beurres végétaux type noisette, noix, amandes, ou arachides, ou des noix en trop grande quantité, car je me connais, et ce genre d’aliment précipite chez moi les crises de boulimie. Un peu comme les raviolis en boîte de mon passé carnivore, qui déclenchaient systématiquement une crise, sans que je puisse vraiment comprendre pourquoi. J’ai envie de faire de cette expérience vegan quelque chose de doux pour mon corps, et j’ai l’espoir secret de me réconcilier vraiment avec la bouffe 🙂 Je ne me prive donc pas en choisissant de ne pas acheter ces aliments, je ne suis pas en restriction. Je tente juste de pas retomber dans les mêmes « travers » avec des aliments différents.

Je discute pas mal de la différence entre le végétarien, le végétalien, le vegan. Je ne sais pas vraiment si j’emploie les bons mots, tant les définitions changent selon les pays, les cultures alimentaires ou militantes. Je ne mange rien de ce qui vient de l’animal, ce qui fait de moi une végétalienne. J’ai pour ambition de passer au « cruelty free », c’est à dire  »sans cruauté » pour ce qui est de la cosmétique et de l’entretien. Mais les choses se mélangent dans mon esprit, entre le label « cool avec les animaux et la nature » et les ingrédients des produits. Ainsi une crème non testée en labo sur beagles peut tout de même contenir du lactose. FML. Et en faisant des recherches, je me suis aperçue que mes marques préférées appartiennent au groupe Estée Lauder, qui teste et reteste qui n’a aucun label végétarien ou approchant pour ses produits. Re FML. Je vais changer, mais je traine un peu la patte, j’avoue. Alors est ce que je suis vegan ? est ce que je peux satisfaire à tous les contrôles de qualité de la police des vegans ? Pour l’instant, pas vraiment. Est ce que c’est grave ? Oui et non. J’ai des idéaux, c’est con, j’aimerais m’y tenir.

Just Juice it !

Publié le

Sur YouTube je suis régulièrement la chaîne des deux allumés heureux du Raw Food World : Matt et Angela et leur fille ont décidé de tout plaquer pour mieux vivre au Costa Rica. Ils sont RAW, c’est à dire qu’ils ne consomment que des aliments végétariens crus (ils consomment du miel). Leur choix est bien entendu extrême, et il ne me viendrait pas à l’idée de passer à une alimentation 100% cru (et leurs choix spirituels, éducatifs etc sont parfois contestables), mais j’avoue qu’ils me remontent souvent le moral. La béatitude simple qui émane de leurs visages, les légumes et les fruits gigantesques qui sortent de leurs serres, leur gentillesse avec leurs animaux, leur façon un peu hippie d’envisager la vie … Ca me parle. Ils ne vivent pas d’amour et de spiruline puisqu’ils ont fondé une boutique en ligne qui regorge de trésors crus comme ce chocolat que je meurs d’envie d’essayer.

 

 

Ce que je retiens de Matt et d’Angela, c’est la bonne parole du Green Juice. Un smoothie composé à 60% de légumes et à 40% de fruits dans lequel on peut trouver un maximum de vitamines, et incorporer des compléments alimentaires si on envie d’en prendre (graines de chia, spiruline etc). Il ne s’agit pas de se nourrir uniquement de ce jus et de faire un régime strict, mais on peut le prendre au petit déjeuner, en complément d’un repas, le long de la journée … On peut se lasser facilement des salades, rien ne ressemble plus à un morceau de concombre qu’un autre morceau de concombre, mais en les passant au blender, on profite des fibres et des qualités nutritionnelles (à la centrifugeuse, on enlève les fibres). Et au lieu de payer 3 euros un smoothie pasteurisé chez Monoprix, on se boit quelque chose de vivant !

 

Les légumes les plus utilisés pour le Green Juice sont : le chou, le brocoli, l’épinard, le céleri, le concombre, mais on peut vraiment tout envisager, tant qu’on aime le goût. J’ai fait l’essai avec un poivron, le goût est vraiment trop piquant, mais j’aime beaucoup le brocoli en jus, alors que je n’en raffole pas dans l’assiette.

Pour les légumes, une banane assure un côté crémeux à la préparation, et en ce moment on peut profiter des fraises, framboises et myrtilles (j’en trouve à 1 euro la barquette chez Dia), mais on peut aussi ajouter oranges, pamplemousses, pommes, poires, ananas et mangue frais ou congelé (Picard est un excellent dealer).

L’important est de trouver un équilibre de goût qui vous donne envie d’y revenir en essayant de respecter la règle du 60/40. Je ne possède pas d’équipement particulier, juste un vieux blender normal, et ca fonctionne très bien. Il faut simplement penser à faire mouliner les choses molles d’abord et d’ajouter les morceaux les plus durs (légumes, pommes, graines) petit à petit. Les graines de lin brun qui se consomment uniquement moulues donnent une consistance gélatineuse aux boissons ! Si vous voulez emporter votre Green Juice pour le boire dans le métro ou à midi, n’oubliez pas de lui incorporer du citron, les fruits frais tournent vite, surtout en été.

 

Ma recette préférée du moment :

Une betterave

Une banane

Brocoli

Céleri

Epinard (frais hein ! pas congelé)

Chou violet (quand j’en trouve)

Carotte

Framboises

Myrtilles

Gingembre (frais)

1 cuill de graines de lins

Spiruline