Flux RSS

Mais d’où viennent tes protéines ?

Publié le

Mais pourquoi tu te fais chier à devenir vegan ?

Voilà la question qu’on me pose le plus souvent. Alors soyons clairs, ca ne me fait pas chier. Je ne m’oblige pas à d’énormes sacrifices, je ne pleure pas de larmes de sang en passant devant ma boucherie, je ne passe pas des soirées à me lamenter devant le reste de glace qui pourrit dans mon congélateur. J’ai choisi de me lancer dans cette nouvelle expérience alimentaire comme d’autres décident de prendre des cours du soir d’œnologie ou de poterie. Pour se faire du bien, pour apprendre, pour se sentir bien, pour s’intéresser, pour changer quelque chose dans sa vie.

Mon parcours alimentaire n’a jamais été simple. Boulimique, obèse, accro au sucre, je cumule les comportements addictifs sans jamais me piquer. Ma dope à moi, c’est de tomber dans un kilo de lasagnes quand je suis triste, ou de me récompenser par un paquet de gâteaux quand je suis contente de moi. Mon système de gratification est entièrement basé sur la nourriture. Cela s’explique sans doute par les privations que j’ai subi ou que je me suis infligée lors de mon enfance et de mon adolescence. Une sorte de revanche au premier degrés sur ceux qui voulaient m’empêcher de manger ou sur ces régimes débiles qui me promettaient d’enfin rentrer dans la norme.

En choisissant de changer ma manière de manger, j’ai l’impression de reprendre le contrôle sur mes intestins. Je me permets enfin de choisir en conscience ce qui rentre dans ma bouche, sans obéir à des impulsions ou à des vieux réflexes construits sur des émotions. Cette déconstruction de mes habitudes alimentaires me réussit. Je me sens d’abord mieux dans mon corps, moins lourde, moins bouffie. Je suis une d’abord une vegan égoïste, je l’avoue facilement. Je ne prétends pas vouloir sauver le monde. Mais en m’intéressant à ce mode de vie, en lisant, bien avant de prendre la décision de passer du côté vert de la force, je me suis sensibilisée aux causes défendues par les végétariens et les vegans.

Je suis aujourd’hui persuadée que l’industrie de la viande est nocive pour la planète comme pour ses habitants. Je comprends que le lobby des produits laitiers a une influence démente sur notre façon d’envisager nos besoins nutritionnels. Je suis horrifiée par la manière dont on traite les animaux, dans les abattoirs comme dans les animaleries, dans les fermes à fourrure comme dans les zoos. Si ma culture vegan est encore toute neuve, je vais essayer de partager ici les lectures et les documentaires qui ont alimenté ma réflexion. Je ne cherche pas à convaincre, je ne suis pas prosélyte, mais ces informations sont intéressantes, pour les mangeurs d’entrecôtes comme pour les autres.

Je ne promets pas d’être parfaite. Mon cheminement commence juste. Je ne sais pas si je resterais vegan toute ma vie. Je n’ai pas encore fait le tri dans mes produits de beauté, mes chaussures sont encore parfois en cuir, je porte de la laine, et je me questionne sur l’utilisation du miel ou du pollen. Ce blog est là pour me motiver, me rappeler mes objectifs, et pour partager mes découvertes.

Publicités

"

  1. J’trouve que c’est une belle initiative , surtout avec un passé douloureux avec la nourriture !
    Je t’admire même parce que ça a pas l’air facile du tout …
    Bon courage & bonne aventure ! 😉

    Réponse

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :